Autour de couleurs

Avec des titres de poésies, ou de chansons ou de livres …


Qu’elle était verte ma vallée, où je suis né un jour bleu, brillant, riant comme le petit âne fétiche, cadeau de mon papa à sa fille aux yeux d’or, soleil de sa vie.

Ce jour fut difficile, paraît-il, car l’hiver entier s’était avéré ronchon, toujours entre gris clair et gris foncé, alternant pluie glaciale et neige collante et boueuse.

Quand j’eus cinq ans je remarquai des traces, couleur café, apparues disséminées sur le sol, au petit bonheur la chance. Une odeur douce au prime abord, puis très forte et insupportable m’incita à me réfugier sous un arbre, durant des heures parfois.

Un soir une odeur surprenante, sirupeuse, me plongea dans une étrange transe intense, délicieuse.

Je gagnai bien sûr cet abri dès que possible, m’y lovant, m’y soûlant, laissant une perfide addiction s’y installer. Un manteau (ou une cape?) me frôlait souvent, m’invitait, me flattait, me poussait vers l’arbre dès que mon corps semblait s’en détacher.

Le parfum de la dame en noir m’avait envoûté.

Mais c’est (peut-être?) une autre histoire …

Loïc

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s