autour des toiles de Patrice KOUTCHEVSKI…

Celui ou plus honnêtement l’un de ceux que je préfère est le N° 29.

Je le vois comme si j’étais dans la fusée de Thomas Pesquet près d’un hublot.

Je vois la terre lointaine mais précise sous un manteau de nuages,terres illuminées par la lumière des villes, mers irisée par on ne sait quoi? mais j’oublie vite cette réalité pour me demander ce qui a manqué sur terre pour que les guerres n’existent plus, pour que leurs fléaux disparaissent.

Faudra-t-il une catastrophe mondiale nucléaire pour que les rares survivants repartent à zéro avec des valeurs différentes à moins que la terre ne reste déserte à jamais?

Françoise R’

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s