Au pays des marionnettes

Ainsi font font font les petites marionnettes….  trois p’tits tours et puis s’en vont. Mais où vont-elles ?

A la porte de l’atelier, Gilles Martinet s’arrache le chapeau puis s’empoigne une touffe de cheveu. Il hurle, mais on ne sait si c’est de rage, de dépit ou de douleur !

Accrochés au plafond dans un entrelacs de barres, seuls des fils pendouillent mollement. Triste spectacle de révolte où les outils ont été jetés au sol, les poignées de manipulation abandonnées tandis que les petits vêtements précieux gisent éparpillés  sur le plancher.

Gilles n’en croit pas ses yeux. Son atelier est vide. Les petites marionnettes s’en sont allées ! Mais où, s’angoisse t’il ? Ses marionnettes tant aimées,  chéries et créées avec tant de travail, de recherche et d’amour, se seraient-elles évadées ?

Il redescend quatre à quatre les étroites marches en bois, court chercher son épouse et ne l’aperçoit pas dans l’obscurité de la minuscule salle de théâtre. Peut-être que les fugitives s’y trouveront-elles, nostalgiques, attendant de retourner sur scène dans la lumière et la magie du spectacle. Il espère dans un miracle les retrouver toutes. Non ! Personne, la salle est vide, froide et sans âme sans ses petits comédiens.

De dépit, Gilles rejette son feutre par terre, le piétine puis s’en va chercher un réconfort dans le pré auprès de ses moutons. Il traverse la petite serre où il pratique avec art la permaculture puis s’approche d’un petit poulailler où picorent quelques poules, poussins et coqs. Quelle ne fût pas sa surprise lorsqu’il entendit au loin des cris de joie et des rires mêlés aux caquètements des poules. Avec la complicité de Guignol et Polichinelle, les marionnettes ont fait trois p’tits tours et maintenant s’ébattent avec leurs nouvelles copines. Au poulailler  les perchoirs sont devenus des trapèzes, les œufs de poules des boules pour jongler, les nids creux de profondes cachettes et la paille jaune des tapis pour des roulades enjouées.

Sous le regard amusé de Catherine, c’était le cirque au poulailler.

Hélène.

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Au pays des marionnettes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s