plongeur avalé par baleine

pfft, pfft, la baleine souffle, nous recevons des embruns salés, les plongeurs essaient de la caresser quand soudain Paulo qui n’a pas apprécié la distance d’avec le baleineau se trouve aspiré par la baleine, le voilà qui franchit les fanons et il disparait dans la gueule du cétacé.

Nous n’osons crier, nous retenons notre souffle… que va-t-il se passer…une minute après,  la baleine éternue et Paulo vole dans les airs.

Avec douceur nous le repéchons , le toubib de l’équipe l’examnine , rien de cassé.

La baleine s’est collée à son petit, elle vire et repart en soufflant.

Paulo émerge, il interroge »

c’est vrai elle m’a recraché? « 

 » oui c’était beau »

 » elle n’a pas de mal j’espère ?vous n’avez pas tiré? »

 » Rassure-toi Paulo, elle vogue en paix avec son baleineau. »
Paulo se réfugie dans le silence et  dans son rêve.

Françoise

Publicités

Tiens, v’là Jonas …

 

« … Oh mais … Que lui arrive t-il ? On dirait qu’il ne sait plus où il va. Il est attiré par la baleine, il ne l’a pas vue ! Oh ! Le malheureux … »

Tous (et toutes) les chercheurs du CNRS sont sur le pont. Certains sont totalement affolés, courent dans tous les sens, semblant chercher un objet magique, mais quoi, et pour que faire …

« Jonas, Jonas, derrière toi, attention, rapproche-toi ! Jonas ! » Mais c’est déjà trop tard : Jonas a disparu. On ne le voit plus à la surface de l’eau. La baleine paraît étonnée, surprise. Elle sent, derrière ses fanons, quelque chose qui s’agite jusque presque lui faire mal. La chose se déplace vers le fond de la gorge de la bête, ce qui provoque un haut-le-coeur gigantesque.

Un des marins n’a trouvé rien d’autre à faire que de tout saisir avec son portable : Par ici le beau scoop à vendre à CNN ! Ses collègues l’invectivent, choqués.

Lui se retourne et leur crie : « Et vous, regardez donc ! vous feriez mieux de vous occuper de lui ! » En effet, un autre haut-le-coeur, encore plus violent, et la tête de Jonas réapparaît. Il est blanc de peur, puis rouge écarlate, pour avoir retenu si longtemps sa respiration … Le voici dehors, la baleine s’éloigne, sa queue brasse l’eau et l’air, comme pour dire au revoir.

Epilogue. Jonas a déclaré aux journalistes, pour effacer sa honte, que tout cela n’était qu’une farce. Il connaît très bien l’animal, et l’a dressé durant des mois, et ils sont à présent les meilleurs amis du monde. Alors parfois, en début de campagne, ils s’amusent tous les deux à faire peur, rigolards et facétieux, les bougres.

Les journalistes n’ont pas aimé, les marins non plus.

Loïc

LA BALEINE

Les pieds pendants dans l’eau , bof bof j’ai pas trop envie de plonger ce matin .  Le zodiac est à poste , on est arrivés sur le site prévu dans le programme . Ce matin ,  » observation des baleines et baleineaux  » , titre parfait pour attirer nos touristes bobos qui il faut le leur concéder, nous font plutôt bien vivre .

Alors je joue les observateurs , ou , mieux dit , j’assure la sécurité . 

Mais les touristes-bobo paient bien …….

Oh là là !!! une grosse , une énorme , une démentielle baleine se jette sur Arthur et l’avale , l’aspire comme un spaghetti trop cuit .Elle l’engouffre !!!! oh là là !!! les pieds dépassent , oh là là !!!!la baleine est énorme , elle nous regarde , elle remue la queue , elle s’étrangle , elle hoquette , oui , hoquette grassement et oh là là ….. rejette Arthur ou du moins ce qui doit en rester après ce rot intempestif …..

Arthur , comment tu vas ??? il est pas top top mais il a pas l’air cassé , juste un peu hébété mais on le serait à moins . « Hé , Arthur on n’y croit pas ,  mais c’est pas possib’ un truc comme ça , oh là là oh là là , mais Arthur dis nous , dis nous comment tu vas !!!! »

Et Arthur nous dit :  » vous savez , les gars , jamais un animal ne me mangera , je le sais , ils le savent . Je fais partie d’une espéce protégée qui posséde un outil imparable . Un animal m’avale ?? je dégoupille ma bombe intégrée , mon corps devient une bombe dans leur corps et ils éclatent , s’éclaboussent sur 5 kilométres alentours . Dégueu mais efficace .

Et moi je continuerai dans le cadre du CNRS et de mes fonctions à faire semblant de protéger cette espéce qui , il faut bien le dire , décidemment me déplait fortement . Mais les touristes bobo ils payent bien ……

Je voudrais pas crever

Je voudrais pas crever avant d’avoir couru sur tous les océans, même si les poissons ne sont plus si nombreux, et que les îles au loin, bientôt ne seront rien.

Je voudrais pas crever avant d’avoir croisé les anges du paradis qui se cachent la nuit sous les toits de l’oubli, alors que dans les coins les chiens meurent de faim.

Je voudrais pas crever avant que mon voisin soit nommé président, alors que tous les soirs, et des soirs aux matins, il ne sait plus très bien pourquoi il boit encore et roule jusqu’à moi.

Je voudrais pas crever avant d’avoir crevé la bulle de l’oubli où tous les opprimés sont restés enfermés et que du haut des tours, les puissants en cravate, surveillent sans relâche tous les passants qui passent, tous les enfants qui courent à l’autre bout du monde pour y trouver refuge.

Je voudrais pas crever avant d’avoir plongé mes mains au fond du puits où l’eau ruisselle encore, et puis la faire jaillir tout au fond des jardins où vont pisser les chiens.

Je voudrais pas crever avant d’avoir lancé au ciel tous les refrains chantés aux quatre mondes et de savoir jongler avec des balles rouges vertes, bleues ou dorées, sans jamais m’arrêter avant que la nuit tombe.

Je voudrais pas crever avant d’avoir vécu quelques heures avec vous, et puis rire surtout.

Je voudrais pas crever et finir dans un trou.

Estelle

les rimes des habitants

002050654« Il existe encore des familles où une femme qui lit beaucoup inquiète et scandalise. » (F.Mauriac)

Les Nantaises qui brodent sont bien aises

Les Bisontins qui rient sont coquins

Les Andalous qui courent sont fous

Les Malouins qui observent l’horizon sont très fins

Les Clermontois qui marchent sur les volcans sont bien froids

Les Pouzaugeais qui grandissent là-bas sont sous le joug de Gilles de Rais

Les Choletais qui fabriquent leurs mouchoirs sont niais

Les Canadiens qui se promènent sont avec leur chien

Les Quimpérois qui naviguent sur l’Odet sont narquois

Les Provenceaux tout jeuneaux sont encore puceaux

Les Madrilènes qui tricotent n’ont pourtant pas besoin de laine .

 

Les Malouines qui dégustent se goinfrent de kouign.

Les Mousterlinoises aux Berlinoises cherchent des noises.

Les Provençales qui se marient remplissent les salles.

Les Belges accordéonistes qui soufflent dans leurs instruments ne sont que des fumistes.

Les Alsaciens qui aiment les animaux ont toutes à la maison des petits ciens.

Un Forestois lui demanda : « Qui es-tu toi ? »

Le Périgourdin qui aimait le boudin clamait à qui voulait l’entendre : « Ding, ding ».

Les Parisiennes qui marchent vont et viennent.

Les Romaines qui sèment leurs graines sont des sans-gène.

Loïc

Il est différent, il est muet mais c’est un oiseau amoureux. Comment conquérir sa belle ?

Le printemps est arrivé, la belle saison !!!les arbres se parent du plus beau feuillage, les fleurs embaument, les animaux et les oiseaux commencent leur parade amoureuse pour séduire leur belle. Oui, mais voilà, notre petit oiseau est différent des autres, car il est muet. Il est tombé du nid, il a tellement crié qu’il en a perdu son sifflet. C’est ennuyeux pour un merle siffleur. Il a croisé une merlette et le voilà devenu fou amoureux, mais comment lui faire la cour quand on ne peut plus chanter ? il cherche……. notre merle penseur, il ne veut pas laisser passer une si belle occasion, d’autant plus que la merlette n’est pas insensible à son panache !. Un matin, à la rosée, il va cueillir la plus jolie fleur qu’il dépose au bord du nid de sa belle, il lui amène des vers de terre, des petits moucherons pour son petit déjeuner. La merlette apprécie ces petites attentions, mais il en faut plus pour la séduire, alors, il gonfle ses plumes et commence quelques pas de danse. Intriguée, la merlette le regarde et s’approche tout doucement de lui et se met elle aussi à danser. Au loin, on entend un air de valse musette et nos deux tourtereaux continuent de danser, aile contre aile, yeux dans les yeux. Qu’importe le handicap, c’est l’espoir qui fait vivre!!!!!